le-blog-de-Bernard-Cadeau Bernard-Cadeau

ÉDITO

Agent immobilier depuis plus de 30 ans, past-président élu d’ORPI, dont j'ai été à la tête pendant 12 ans, je souhaite aujourd’hui partager avec vous la vision de mon métier et mes convictions.

Le logement est un sujet au cœur de la vie des gens et trop important pour être passé sous silence ! Ce blog est avant tout un lieu de réflexion autour des grands enjeux inhérents au secteur : environnement, tendances "sociétales", révolution digitale, aménagement du territoire.

Le logement mérite à mes yeux d’être (re)mis au centre des débats.

Bernard Cadeau



LE RAPPORT NOGAL : MENACE OU OPPORTUNITE ?
par Bernard Cadeau, le 22 sept. 2019

Les Chinois ont une expression unique pour désigner les deux ; en l’occurrence, c’est bien de cela qu’il s’agit.


Oui, sans aucun doute, le rapport du Député Nogal, bientôt suivi, dans un délai record, d’une loi éponyme, représente une opportunité pour les professionnels de l’immobilier ! Mais, nous le savons, le diable se cache toujours dans les détails, et nous devons poursuivre un dialogue constructif et argumenté pour améliorer certaines propositions et en supprimer d’autres.
Sur la forme tout d’abord, saluons la méthode, basée sur une très large et approfondie concertation des différents acteurs, ce à quoi nous n’étions plus habitués depuis longtemps ! Le rapport se veut exhaustif (peut-être un peu trop) et il n’y aurait rien de choquant à revoir à la baisse le nombre des propositions, à ce jour au nombre de trente-sept.
Sur le fond, et c’est là l’essentiel, oui il y a urgence à instaurer durablement une relation de confiance entre bailleurs et locataires. On ne peut continuer avec cette dialectique manichéenne des gentils locataires face aux méchants bailleurs ! Cette vision étriquée et passéiste attise d’ailleurs en vain les tensions. Et dans le monde d’aujourd’hui, où la mobilité professionnelle sera une clé de la réussite, les locataires ne le restent pas éternellement et deviennent à leur tour des bailleurs, des propriétaires louent leur résidence principale pour devenir eux-mêmes locataires ailleurs, certains locataires ne pouvant pas acheter leur résidence principale investissent néanmoins dans la pierre pour louer, et sont à même de mesurer et comparer les deux statuts. Rappelons au passage que le taux de sinistralité en matière de loyers impayés reste très bas (autour de trois pour cent), et que dans le parc privé seul quinze pour cent des bailleurs sont assurés… ce qui représente un risque latent d’anti sélection. Locataires et bailleurs doivent être appréciés comme des agents économiques complémentaires, les uns n’existant pas sans les autres et réciproquement. 
Sur le fond toujours, la communauté professionnelle doit se réjouir de se voir attribuer le rôle majeur de tiers de confiance dans cette relation si particulière entre le bailleur et son locataire. L’administrateur de biens est celui qui porte une vision neutre sur chaque situation, il est gardien de l’état du bien loué et conseil en matière de qualité énergétique. Il a effectivement besoin de plus d’autonomie et de plus de responsabilités.
Mais autonomie et responsabilités ne peuvent se concevoir dans un cadre rigide unique. L’obligation générale de garantie peut être compatible, doit être compatible avec la liberté pour le professionnel de choisir, en accord avec ses clients, le meilleur système de couverture, respectant les critères définis par la loi, et aboutissant à sceller ce socle de confiance réciproque. Par analogie, l’automobiliste a une obligation d’assurance dans un périmètre commun également défini par la loi, mais il peut choisir de multiples garanties optionnelles.
La relation de confiance doit également s’appuyer sur des éléments concrets, et il ne serait pas incongru de créer, avec toute la prudence réglementaire voulue, un fichier national des incidents de paiement. 
Sans prétendre commenter les trente-sept propositions du rapport, saluons l’idée d’une certification « immo + » qui renforce le rôle futur du professionnel. Attention toutefois à ne pas laisser s’installer une dichotomie forte entre « petits » et « grands “professionnels qui se traduirait par une rupture d’égalité commerciale face au client. Dans le même esprit, nous ne pouvons souscrire à l’idée de plafonner les honoraires ; ce plafonnement aurait un parfum d’économie administrée du logement, qui n’est plus de mise. La différence doit se faire sur la qualité et le nombre des services proposés dans une logique concurrentielle.
La volonté affichée de rétablir la confiance entre bailleurs et locataires ne peut s’exonérer d’une réflexion en profondeur sur les critères de solvabilité des candidats locataires. Le contrat à durée déterminée n’est plus la matrice universelle ; les embauches se font massivement en contrats et/ou statuts ‘non-CDI’ et les bénéficiaires rencontrent de graves difficultés à se loger, alors même que leur pouvoir d’achat est réel, et qu’ils contribuent par ailleurs à l’économie générale en qualité de consommateurs. Il y a urgence à apporter une réponse et à faire cesser cette forme de discrimination.
Cette réflexion doit s’étendre au dépôt de garantie 
Progressivement réduit à un mois, ce dépôt est aujourd’hui démonétisé ; il est un sujet de frustration, de confusion et une source de litiges. Le locataire peut invoquer une perte, certes temporaire, mais réelle de pouvoir d’achat. Le bailleur pense de bonne foi qu’il lui appartient alors que c’est faux, le locataire, par crainte de ne pas le récupérer aura parfois tendance à ‘oublier ‘de régler le dernier mois de loyer. Et, en cas de sinistre (moins de cinq pour cent des cas seulement) le dépôt ne couvrira pas les pertes pour le bailleur. Dans le cadre des locations de gré à gré entre particuliers, 35 % seraient réalisées sans versement de ce dépôt, selon des critères totalement empiriques… et parfaitement discriminatoires ! 
Faut-il, dans ces conditions conserver ce dépôt de garantie ? Sa suppression ne ferait-elle pas fuir les bailleurs ou les candidats investisseurs ? Il faut répondre Non à ces deux questions à condition d’élaborer un système assurantiel obligatoire impliquant les bailleurs et les locataires. Cette idée n’est d’ailleurs pas si nouvelle, et quelques talentueuses Start up proposent des solutions en ce sens. La mutualisation du risque n’augmente pas la sinistralité ; bien au contraire, elle stabilise le risque autre avantage : nous pourrions éviter la création ex nihilo d’un organisme chargé de consigner les dépôts de garantie, dont le fonctionnement s’avérerait très aléatoire et d’une grande lourdeur et qui se retournerait, in fine, contre ceux qu’il serait censé aider. 
Ces propositions méritent, je le pense, des échanges approfondis dans la perspective du travail parlementaire qui s’ouvrira très prochainement. Ne passons pas à côté de solutions simples, mais utiles à cette confiance durable que nous appelons tous de nos vœux. 

0 commentaire


Aucun commentaire pour le moment.
Commentaire enregistré

derniers tweets
FILTRES

INFORMATIONS LÉGALES 

1. Présentation générale
En vertu de l’article 6 de la loi n° 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique, il est précisé aux utilisateurs du site www.blogimmobilierorpi.com l’identité des différents intervenants dans le cadre de sa réalisation et de son suivi :

Propriétaire : Bernard Cadeau
Créateur : Thomas Marko & Associés
Responsable publication : Bernard Cadeau

Le responsable publication est une personne physique ou une personne morale.

Hébergeur : OVH – 2 rue Kellermann 59100 Roubaix

2. Conditions générales d’utilisation du site et des services proposés.
M. Bernard Cadeau dispose d’une obligation de moyens en terme d’accessibilité de service et met en place les structures nécessaires pour rendre le site www.blogimmobilierorpi.com accessible 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24.

Néanmoins, M. Cadeau peut suspendre l’accès sans préavis, notamment pour des raisons de maintenance et de mises à niveau. M. Cadeau n’est en aucun cas responsable des éventuels préjudices qui peuvent en découler pour l’utilisateur ou tout tiers.
M. Cadeau peut à tout moment supprimer tout ou partie de ses services ou en modifier leurs teneurs notamment pour des raisons techniques, et cela sans préavis.

3. Description des services fournis.
M. Cadeau s’efforce de fournir sur le site www.blogimmobilierorpi.com des informations aussi précises que possible. Toutefois, il ne pourra être tenue responsable des omissions, des inexactitudes et des carences dans la mise à jour, qu’elles soient de son fait ou du fait des tiers partenaires qui lui fournissent ces informations ou encore des liens vers lesquels il peut rediriger.

4. Propriété intellectuelle et contrefaçons.
M. Cadeau est propriétaire des droits de propriété intellectuelle ou détient les droits d’usage sur tous les éléments accessibles sur le site.

5. Limitations de responsabilité.
M. Cadeau ne pourra être tenue responsable des dommages directs et indirects causés au matériel de l’utilisateur, lors de l’accès au site www.blogimmobilierorpi.com. M. Cadeau ne pourra également être tenue responsable des dommages indirects consécutifs à l’utilisation du blog.

M. Cadeau se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire jugé inapproprié en cas de message à caractère raciste, injurieux, diffamant, ou pornographique, quel que soit le support utilisé (texte, photographie…).

6. Gestion des données personnelles.
En France, les données personnelles sont notamment protégées par la loi n° 78-87 du 6 janvier 1978, la loi n° 2004-801 du 6 août 2004, l’article L. 226-13 du Code pénal et la Directive Européenne du 24 octobre 1995.

A l’occasion de l’utilisation du site www.blogimmobilierorpi.com, peuvent êtres recueillies : l’URL des liens par l’intermédiaire desquels l’utilisateur a accédé au blog, le fournisseur d’accès de l’utilisateur, l’adresse de protocole Internet (IP) de l’utilisateur.

En tout état de cause M. Cadeau ne collecte des informations personnelles relatives à l’utilisateur que pour le besoin de certains services proposés par le blog.
Conformément aux dispositions des articles 38 et suivants de la loi 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, tout utilisateur dispose d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition aux données personnelles le concernant, en effectuant sa demande écrite et signée, accompagnée d’une copie du titre d’identité avec signature du titulaire de la pièce, en précisant l’adresse à laquelle la réponse doit être envoyée.

7. Liens hypertextes et cookies.
Le site www.blogimmobilierorpi.com contient un certain nombre de liens hypertextes vers d’autres sites, mis en place avec l’autorisation de M. Cadeau. Cependant, il n’y a pas la possibilité de vérifier le contenu des sites ainsi visités, et il ne sera assumer en conséquence aucune responsabilité de ce fait.

La navigation sur le site www.blogimmobilierorpi.com est susceptible de provoquer l’installation de cookie(s) sur l’ordinateur de l’utilisateur. Les données ainsi obtenues visent à faciliter la navigation ultérieure sur le site, et ont également vocation à permettre diverses mesures de fréquentation. L’utilisateur peut refuser les cookies en configurant son ordinateur. Le refus d’installation d’un cookie peut entraîner l’impossibilité d’accéder à certains services
8. Droit applicable et attribution de juridiction.
Tout litige en relation avec l’utilisation du site www.blogimmobilierorpi.com est soumis au droit français. Il est fait attribution exclusive de juridiction aux tribunaux compétents de Paris.

8. Les principales lois concernées.
Loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, notamment modifiée par la loi n° 2004-801 du 6 août 2004 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés.

Loi n° 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique.